Trump Obtient Gain De Cause Sur Le Prix Du F-35 De Lockheed Martin

L’avion de combat furtif américain F-35 sera désormais facturé par son constructeur Lockheed Martin « moins de 100 millions de dollars » par appareil. Le prix exact n’est pas communiqué mais cette estimation est valable pour les F-35A à décollage et atterrissage classique qui seront livrés à partir de 2018, dans le dixième lot de ce contrat d’armement considéré comme le plus cher de l’histoire militaire.

Début janvier, Donald Trump avait dénoncé le prix « hors de contrôle » de cet avion ultra-sophistiqué, dont le développement a été marqué par d’innombrables dérapages de coûts et retards de calendrier. Selon le Pentagone, le nouveau prix du F-35A représente une baisse de 7% sur le tarif précédent. Toutes versions confondues, les baisses de prix représentent une économie totale de « 728 millions de dollars », selon le Pentagone.

C’est « une nouvelle victoire du président (Trump) au profit du contribuable américain », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer devant la presse. Le montant exact des économies liées à l’influence du nouveau président américain n’est toutefois pas connu, puisque le prix du F-35 est de toute façon destiné à descendre au fur et à mesure que le programme avance.

En-dessous des 85 millions de dollars

L’année dernière, bien avant l’élection de Donald Trump, le général Chris Bogdan, qui dirige le programme F-35 pour le département de la Défense américain, avait estimé que le prix de l’appareil pourrait passer en-dessous des 85 millions de dollars en 2019, dans sa version classique.

Le lot 10 représente 90 avions au total. Près de 3.000 devront être produits pour les États-Unis et les autres nations clientes. Au total, près de 200 avions F-35 ont déjà été livrés à huit pays différents.

Outre le F-35A, qui représente la majeure partie des avions commandés, Lockheed produit aussi un F-35B à atterrissage vertical et décollage court, et un F-35C pour l’aéronavale. Ces deux versions sont plus chères.

Comité De Soutien Concorde D’avril 1974

Le plus remarquable, le plus fin et sans aucun doute le plus beau des avions de ligne à hélices fut le Lockheed Constellation, qui servit dans la plupart des grandes compagnies aériennes du monde.

Le projet du Constellation naquit en juin 1939, lorsque Howard Hughes et Jack Frye, les principaux responsables de la compagnie TWA, consultèrent le bureau d’études de Lockheed, auquel ils soumirent l’idée de développer un grand quadrimoteur de transport commercial destiné à servir sur les lignes transcontinentales américaines. Le prototype de l’appareil, caractérisé par quatre moteurs Wright de 2 200 ch, équipés d’hélices Hamilton Hydromatic, un fuselage à l’aérodynamique parfaitement étudiée, un empennage tridérive et un train d’atterrissage tricycle à la configuration étonnamment moderne, n’effectua son premier vol qu’en janvier 1943, l’entrée en guerre des Etats-Unis, un peu plus d’un an auparavant, ayant freiné de façon considérable sa réalisation. Comme l’aviation militaire américaine faisait alors feu de tout bois, l’appareil fut réquisitionné afin d’assurer des missions de transport de troupes. le véritable rôle d’Howard Hughes

Dès que les hostilités s’achevèrent, les 15 Constellation en service dans l’US Army Air Force revinrent à des activités beaucoup plus pacifiques. La compagnie Lockheed, voyant déjà beaucoup plus loin, investit alors des sommes très élevées pour produire l’avion en série, assurée qu’elle était d’une commande de près de 100 exemplaires provenant de diverses compagnies.

En décembre 1945, le premier Constellation livré à TWA accomplit un vol exploratoire de Washington à Paris, via Gander et Shannon, puis, en février 1946, un appareil du même type, baptisé Star of Paris, entreprit la première liaison commerciale en direction de la capitale française. Aussi intéressantes qu’elles fussent, les performances du Constellation, dont la production porta sur un certain nombre de versions sans cesse plus améliorées, ne permettaient pourtant pas de traverser l’Atlantique d’une seule traite. Par ailleurs, les quadrimoteurs du même type, exploités sur les lignes du Pacifique, étaient, eux aussi, contraints à des escales, à Hawaii, à Wake et à Guam. Pour cette raison, les dirigeants de Lockheed étudièrent avec attention un projet visant à construire un modèle du Constellation aux capacités plus importantes.

La démarche entreprise en ce sens aboutit au développement du modèle L.1049 Super-Constellation, dont les principales caractéristiques résidaient dans des dimensions supérieures, des réservoirs de carburant supplémentaires installés aux extrémités des ailes et, surtout, des moteurs faisant appel à la technologie nouvelle du turbocompound et une capacité de 89 passagers pour la version la plus évoluée. Avec le Super-G-Constellation, qui vola en décembre 1954, la firme Lockheed parvint à réaliser un rêve qu’elle caressait depuis fort longtemps : accomplir pour la première fois des liaisons transatlantiques sans escale de l’ouest vers l’est, où les avions sont favorisés par les vents. Dans une ultime tentative, l’avionneur américain s’employa à accroître la distance franchissable de son quadrimoteur, dont, en 1956, il extrapola le Starliner. Cette fois, le succès se trouvait à portée de main, puisque cette magnifique machine volante était capable de franchir l’immense fossé séparant le Nouveau Monde de l’Ancien sans aucune difficulté.

L’Équipage technique

Quatre hommes prenaient place dans le poste, tout d’abord et très classiquement le pilote à gauche et le copilote à ses côtés, séparés par une console centrale recevant les manettes de gaz et le système de pilotage automatique.

Un « radio » et ses appareillages était placé à gauche, juste derrière le pilote et tourné vers l’arrière.

La véritable innovation du Constellation était la présence d’un « ingénieur de vol » (flight engineer, mécanicien navigant), assis juste derrière le copilote, face vers la droite, et au poste duquel une partie des instruments de vol, et tout particulièrement ceux concernant les moteurs, avait été reportée. Assis près de la porte d’accès au cockpit munie d’un hublot, il avait, grâce à cette situation « stratégique », une vue directe sur le moteur n°3, celui précisément qui était mis en route en premier.

Derrière le poste de pilotage, séparé par une nouvelle cloison et un couloir central, se trouvait un compartiment destiné au navigateur (à gauche) et à un poste de repos équipage (à droite).

Sur les Constellation, le mécanicien navigant « Ingénieur de vol », avait une très grande importance. Il avait la charge de tous les systèmes, le contrôle de toutes les manettes, sauf les contacts magnétos. Au démarrage, le pilote mettait les contacts magnétos lorsque le mécano avait fait tourner le moteur et compter six pales d’hélices (Deux tours).

En vol, le mécano contrôlait les moteurs – 144 étincelles de bougies à vérifier sur le « Spark Analyzer » -, le réchauffage carbu, le pas des hélices, la pressurisation, la génération électrique, la génération hydraulique, etc. et, en plus, il était aussi qualifié comme pilote. Franchement, des trois membres d’équipage, c’était le mécano qui avait le plus de boulot ; de plus il devait posséder des connaissances beaucoup plus approfondies sur les systèmes de l’avion que les autres membres de l’équipage.

Asie du Sud: des pressions toujours plus dures

L’Amérique a piloté lundi un avion de sécurité sur la péninsule coréenne, a déclaré un système d’aviation, au milieu de tensions latentes plus que de possibles actes de provocation de la part de la Corée du Nord, après avoir averti d’un « nouvel outil tactique ». Un joint de rivet de 135 W à télécommande aux États-Unis a effectué des opérations plus que la Corée du Sud à 31 000 pieds, a tweeté Airplane Spots. Il a ajouté que le transport aérien avait eu lieu lundi. Ce type d’avion a été remarqué pour la dernière fois au-dessus de la péninsule mercredi, selon le traqueur de l’aviation. Plusieurs autres avions de sécurité, comme l’EP-3E et le RC-135S, ont effectué des procédures ici généralement ces derniers jours. Le dernier vol de la compagnie aérienne est arrivé au milieu des inquiétudes croissantes au-dessus de ses fonctions provocatrices avant le jour de la tête de Kim Jong-un qui tombe mercredi. Récapitulant un plénum de célébration inhabituel de 4 jours il y a une semaine, Pyongyang a déclaré qu’il ne pourrait plus être sûr du moratoire imposé sur les essais de missiles nucléaires et à longue portée, et conscient que la planète verrait un tout nouvel outil stratégique  » à l’avenir « au milieu des pourparlers de dénucléarisation au point mort avec tous les États-Unis. Les experts répètent que « l’outil idéal » du Nord peut indiquer un missile balistique intercontinental capable de transporter de nombreuses ogives ou même un missile balistique lancé par sous-marin. Les drones sont des avions qui sont guidés de manière autonome, par télécommande ou par des moyens équivalents et qui transportent une combinaison de capteurs, de récepteurs et d’émetteurs électroniques et de munitions offensives. Ils sont utilisés pour la reconnaissance stratégique et fonctionnelle et pour la surveillance du champ de bataille, et ils pourraient également intercéder sur le champ de bataille – soit indirectement, en désignant des cibles pour la précision des munitions guidées diminuées ou tirées à partir de systèmes habités, ou spécifiquement, vol fouga magister en larguant ou en tirant ces munitions eux-mêmes. Les tout premiers drones étaient connus sous le nom d’automobiles légèrement pilotées (VPR) ou de drones. Les drones étaient de petits avions radioguidés fm utilisés initialement pendant la Seconde Guerre mondiale comme concentrés pour les chasseurs et les armes à feu antiaériennes. Ils sont tombés dans deux classes: petits véhicules économiques et souvent consommables utilisés pour la formation; et, à partir de vos années 1950, des techniques plus grandes et beaucoup plus élégantes récupérées par l’atterrissage ou le parachute en stéréo. Les véhicules ont généralement été équipés de réflecteurs pour simuler le retour radar de l’avion ennemi, et il est rapidement arrivé aux organisateurs qu’ils pourraient également être utilisés comme leurres pour aider les bombardiers à entrer dans les défenses ennemies. (Des drones à performances globales plus élevées continuent d’être créés, par exemple pour vérifier les techniques créées pour prendre directement des missiles de croisière de vacances antiship.) Il est également arrivé aux planificateurs que des RPV puissent être utilisés pour la reconnaissance photographique et électronique. Une conséquence unique de ce concept a été l’AQM-34 Firebee, un ajustement d’un drone de but américain standard intégré dans différentes variations étant donné qu’environ 1951 du Ryan Aeronautical Business. Lancé pour la première fois en 1962, le Firebee de reconnaissance a bénéficié de services importants dans les pays d’Asie du Sud-Est pendant la guerre du Vietnam. Il était absolument utilisé également au-dessus de la Corée du Nord et, jusqu’à son rapprochement en 1969, au sein de la République populaire de Chine. Une automobile subsonique à turboréacteur à ailes balayées d’environ un tiers des dimensions d’un chasseur à réaction mma, l’AQM-34 a pénétré des endroits fortement défendus à des altitudes plus basses en toute impunité en raison de la petite partie transversale du radar, et elle a également introduit l’arrière de façon frappante des images claires. Les abeilles équipées de récepteurs pour reconnaître les contre-mesures numériques ont renvoyé des renseignements sur les missiles de surface construits par les Soviétiques qui ont permis aux concepteurs américains de créer un équipement de découverte et de brouillage approprié.

Parce que l’espace n’est pas une poubelle

Astroscale, une entreprise fondée par le japonais Nobu Okada, a pris un objectif saisissant: développer et exploiter des satellites capables d’éliminer les particules artificielles dans la pièce. L’objectif de l’entreprise est considérable: prévenir un accident catastrophique dans une région qui pourrait paralyser les systèmes de transport, de sauvegarde et de télécommunications du monde. Au cours de plus de 50 années de recherche et de conquête de zone, nous avons livré plus de 5000 satellites dans l’espace, conduisant à près de 42000 objets suivis encerclant l’orbite de la Terre, conformément à la European Area Company (ESA). « Mais beaucoup de ces satellites, chaque fois qu’ils n’ont pas réussi ou qu’ils ont terminé leur vie, sont restés dans la pièce comme des déchets », a expliqué Chris Blackerby, responsable de la gestion de groupe d’Astroscale, à EJ Knowledge lors d’une rencontre. « Dans notre atmosphère orbitale, vous trouverez 500 000 morceaux de particules qui [ne dépassent pas] 1 millimètre, contribuant à 22 000 à 23 000 pièces qui peuvent être plus grandes que 10 centimètres. » Ce qui est plus grave, c’est que dans les dix suivants ans, environ 6 200 minuscules satellites vont être mis en orbite, selon l’estimation d’Euroconsult, un cabinet de conseil en salle en 2018. La NASA dit qu’il y a environ 500 000 morceaux de débris, des satellites vieillis et des fusées qui dérivent autour de la planète, voyageant à une vitesse de 18 000 mph ( 8 kilomètres pour chaque prochain). Un crash pourrait immédiatement faire voler en éclats un satellite de plusieurs millions de dollars. Et ne vous attendez pas à ce que les chefs de file de la zone mondiale commencent le nettoyage en profondeur. Tous les déchets de la salle flottante, qui comprennent des satellites disparus, des roquettes incendiées et des déchets jetés par les astronautes, peuvent éliminer des satellites coûteux, cruciaux sur le plan commercial et géopolitiquement tactiques, et déclencher la dévastation de nombreuses énormes sommes d’argent d’équipement spatial. . Pire encore, un effet de chaîne de la dévastation pourrait rendre des bandes complètes d’orbite terrestre inférieure non navigables pour les satellites, ruinant les sites de réseautage par satellite sur lesquels nous comptons pour des choses comme le GPS, les prévisions climatiques et la transmission. Astroscale, dont le siège est à Tokyo, fait partie d’un petit nombre d’entreprises en concurrence pour devenir la première à créer une méthode commercialement viable pour atténuer les déchets orbitaux et capturer une industrie inhabituelle, mais probablement gratifiante. « Nous devons résoudre la technologie, le produit de l’entreprise et le problème de la législation en même temps », a déclaré Blackerby, décrivant les 3 aspects importants de la façon dont Astroscale fonctionne pour nettoyer les ordures de la pièce. L’option technologique moderne de la société consiste à connecter une antenne parabolique ferromagnétique spécialement conçue pour les satellites, qui peut être spécifique et capturée avec une automobile «chaser» conçue avec un bras gauche automatique et un mécanisme d’enregistrement magnétique. Le but est toujours de déplacer les satellites disparus directement vers l’ambiance terrestre exactement là où le chasseur ainsi que le satellite vont brûler. Astroscale développe un camion de démolition de satellites appelé «ELSA-d», qui signifie «démonstration des services de fin de vie par Astroscale». «Nous introduisons l’objectif en 2020, qui comprend deux engins spatiaux: un satellite de maintenance et un satellite simulant un peu de détritus, pour une série de tests visant à intégrer le guidage de la gestion de la navigation (GNC), l’évaluation, le rendez-vous en plus du tumbling et technologie moderne d’éradication des déchets à faible culbutage », a déclaré Blackerby, car il nous a montré un robot de type faucheuse qui pourrait effectuer des travaux. Bien qu’il soit clairement trop loin pour attacher des antennes paraboliques aux satellites actuellement dans l’espace, Blackerby espère que les entreprises exploitant des sites de réseautage par satellite auront besoin des services d’Astroscale, peut-être pour sécuriser leurs orbites ou pour éliminer les satellites défectueux ou disparus de la salle. La société tente de prouver un concept connu sous le nom de «service par satellite», qui ne peut pas être un choix pour les opérateurs de satellites aujourd’hui, car après avoir mis un satellite en orbite, ils ne veulent pas revenir sur ce satellite.

Les USA vendent leur avion de combat partout dans le monde

Le président Donald Trump a annoncé que le Japon avait l’intention d’acquérir près de 105 nouveaux avions de chasse F-35 Lightning II furtifs. «Les États-Unis d’Amérique collaborent aux efforts du Japon pour améliorer ses fonctionnalités de défense. Nous leur avons récemment envoyé une grande quantité de produits destinés aux forces armées», a déclaré Trump lors d’un séminaire à succès mettant en avant l’objectif du Japon d’acheter 105 avions de combat furtifs fabriqués par les États-Unis. , créant le plus grand nombre de F-35 de tous les alliés des États-Unis. Selon l’innovateur américain: «(Ils sont) furtifs car la réalité est que vous ne pouvez pas les découvrir. » Le marché des garanties crée et exploite une famille d’avions de combat à la cinquième technologie, apportant une innovation technologique furtive avec des détecteurs supérieurs et une fonctionnalité de réseau informatique pour la marine américaine, le corps de la marine et la marine américaine, huit compagnons mondiaux et quatre consommateurs internationaux de produits militaires.

L’unité familiale est composée de quelques versions d’avion. La variante F-35A de la Force pour l’environnement accentuera sa flotte de F-22A et échangera probablement les capacités d’invasion de votre F-16 et de votre A-10 entre l’environnement et le sol. La variante F-35B du Marine Corps remplacera ses avions F / A-18 et AV-8B. La version F-35C de la Navy complétera ses appareils F / A-18E / F. Au moment de décembre 2018, le meilleur entrepreneur licencié avait fourni 264 avions de fabrication. Le gouvernement japonais a initialement commandé 42 appareils F-35As en décembre 2011. Néanmoins, dès que 2018 a été écoulé, l’ordre actuel était à jour. A cette époque, il a été annoncé que Tokyo inclurait 63 F-35A et 42 versions de F-35B à la commande, ainsi que la demande déjà placée de 42 F-35A. Les F-35, ainsi que les F-22 Raptors, seront les principaux chasseurs au monde en activité de la cinquième époque. Ils obtiendront un mélange exclusif de furtivité, de vitesse, de vitesse et de conscience de la situation, en plus de la longue collection dangereuse, de l’atmosphère et des armes oxygène-sol, ce qui en fait l’avion le meilleur chasseur à dominance en oxygène au monde.

Les 388th FW et Air Push Reserve Reserve à volants 419th FW seront les seules unités F-35 équipées pour le combat, préservant les jets dans le cadre d’un partenariat Complete Push utilisant les avantages des deux éléments. «C’est une reconnaissance incroyable qui fait partie d’un dernier jalon pour Hill (AFB) ainsi que pour le groupe F-35», a mentionné le major James Russell, pilote de F-35 et le 419e FW. «Sur le plan local, cette énergie est en fait une illustration montrant notre construction Full Push Incorporation construite entre les 388e et 419e ailes de chasse. Avec une gamme de plus grande taille, c’est une chance incroyable de présenter notre plus récent système de chasse à vos pays amoureux et de promettre à toutes ces nations de l’aide continue en matière de sécurité. »

Montgolfière: du zen au record

Les ballons à flux d’air très chaud sont généralement utilisés pour des utilisations tranquilles. En plus des routes tranquilles du matin ou de l’après-midi qui sillonnent la région pour profiter de la scène, de nombreux aérostiers apprécient les événements sportifs très compétitifs et tentent d’établir de nouveaux records. Un aérostier peut prendre son envol seul à l’intérieur du panier ou amener plusieurs voyageurs. Souvent, plusieurs ballons se remplissent pour se lancer sans aucun objectif agressif. Les itinéraires individuels finissent généralement en une à trois heures et peuvent parcourir de nombreux kilomètres, bien qu’ils se déroulent fréquemment non loin du point de départ. Depuis le XVIIIe siècle, la montgolfière a constamment atteint des altitudes accrues. De l’ascension de 3000 mètres (dix mille pieds) de Charles en 1783 à l’ascension meurtrière du capitaine de corps d’armée de l’armée américaine à Hawthorne C. Gray à 12950 mètres (42470 pieds) en 1927, l’altitude la plus élevée n’était limitée que par le besoin du pilote en o2 . La confiance insuffisante dans la capacité de fermeture hermétique d’un avion, le leader de l’aviation américaine Wiley Article et d’autres se sont concentrés sur les combinaisons de travail personnelles. Même en 1937, des techniciens aéronautiques bien connus ont publiquement tourné en dérision l’idée de développer des cabines de souche pour avions. L’invention Piccard du ballon stratosphérique (voir les ballons mentionnés précédemment arrivent dans la stratosphère) a révélé de nouveaux sommets pour les investigations. Les premiers vols de stratosphère ont été montés pour étudier les rayons solaires cosmiques, qui peuvent être absorbés car ils pénètrent dans l’atmosphère terrestre. Dès le début, des ballons en matière plastique assistent à plus haute altitude, une enquête continue sur les rayons cosmiques, un échantillon d’air pour trouver des explosions atomiques, des itinéraires photographiques à l’étranger, d’énormes découvertes supérieures aux perturbations de la troposphère, ainsi que des tests élégants de charges utiles à chute libre. Un ballon est certainement le seul système stable pour tout type de visionnement mentionné précédemment dans la gamme des avions et sous la pléthore de vaisseaux spatiaux orbitaux. De plus, c’est le seul véritable avion qui n’affecte pas son atmosphère ainsi que le seul appareil qui peut rester assez immobile au-dessus des niveaux disponibles par les hélicoptères. Les ballons en plastique à haute altitude ne sont que partiellement gonflés à la libération pour permettre la croissance de l’essence depuis que le ballon monte. Cette évolution est près de dix fois supérieure pour 15 000 mètres (50 000 orteils) d’altitude. Si le ballon se trouve à l’altitude choisie, l’enveloppe prend la forme naturelle – une larme inversée avec toute la charge liée vers l’étage inférieur. Dans le cas où le ballon aurait été mis sous pression sans charge utile, l’enveloppe serait sphérique. Vous trouverez une combinaison complète de modèles d’enveloppes qui dépendent du pourcentage de surcharge pondérale de la zone de charge utile contre la peau et de la tension interne. Typiquement, la pression intérieure est nulle et le poids de l’enveloppe est une partie substantielle du poids total du ballon. Cela donne un ballon très gras avec le leader presque au niveau. La position prévue dans la fondation peut approcher 45 niveaux.

Maitriser l’avion MiG29

Un avion de chasse égyptien MiG-29M s’est écrasé alors qu’il était dans le programme d’entraînement militaire prévu le 5 décembre 2019. L’aviateur a réussi à passer peu de temps après s’être correctement éjecté dans l’avion. L’avion de chasse mma était sur le vol de la compagnie aérienne au sud-ouest d’Alexandrie lorsqu’il a été atteint d’un «dysfonctionnement soudain» qui a poussé l’aviateur à s’éjecter. La principale cause du dysfonctionnement est actuellement à l’étude avec un comité pratique, a déclaré le porte-parole des services militaires égyptiens Tamer Al-Rifai mentionné dans le court document. Des experts russes, où l’avion a été construit, doivent être amenés pour aider à la recherche. Un MiG-29 de plus dans la poussée de l’atmosphère égyptienne s’est écrasé en novembre 2018, ne produisant aucune cible. En octobre 2018, un avion de chasse MiG-29 mma s’est écrasé dans la forêt près de Moscou, Fédération de Russie, tout au long d’un objectif d’instruction. De même, les pilotes se sont éjectés au fil du temps, mais leur situation est inconnue. L’avion était un produit expérimental qui n’est pas vraiment en service. Un avion de chasse MiG-29 s’est écrasé dans une forêt autour de Moscou, en Russie, tout au long d’une mission d’éducation. Les deux aviateurs se sont éjectés à temps, mais la situation n’est pas familière. L’avion devait s’éloigner du terminal de l’aéroport Joukovski (ZIA), au sud-est de Moscou. Parallèlement aux opérations industrielles, l’aéroport international abrite également la Gromov Airline Flight Research Institution, à laquelle appartenait le combattant mma. L’avion était une conception expérimentale qui pourrait ne pas être opérationnelle, comme l’a souligné l’agence de presse russe RIA. Il s’est écrasé près de la ville de Dmitrovskoye dans un endroit inhabité, sans avoir à causer de blessures. Les deux pilotes ont réussi à éjecter, selon une ressource des forces de police citée par la firme de reportage russe TASS. Des services professionnels d’urgence inattendus sont disponibles sur le site Web à la suite de la collision. Un examen a été ouvert.Produit à l’origine pour un chasseur à efficacité de flux d’air à l’époque soviétique par ce qui était généralement connu sous le nom de Mikoyan et Gurevich Style Bureau, le MiG-29 est en réalité un chasseur à deux générateurs exploité par 23 forces d’oxygène à travers le monde, dans sa variante initiale ou dans sa mise à jour multirôle (MiG-29SMT). Un problème pratique peut être à l’origine de la collision de votre jet russe MiG-29 à l’intérieur de l’eau méditerranéenne. Ces détails ont été fournis par un agent du ministère russe du Bouclier vers le 14 octobre. Comme le soulignent les études préliminaires, l’événement s’est produit lorsque le chasseur à réaction MiG-29 à double générateur de 4e technologie a effectué son voyage en autocar et s’apprêtait à se rendre sur le territoire du fournisseur d’avions de l’amiral Kouznetsov. L’initiale a pu s’éjecter en toute sécurité à travers le cockpit. Source: baptême en avion de chasse

Aigle Azur: bénéficier des slots

Aigle Azur une procédure de mise en faillite en sept. 2019 a conservé une piscine de plus de 12000 machines à sous pour le transport aérien. Les gagnants et les perdants de ce combat pour les jeux de machines à sous ont été découverts. Bien qu’Air France-KLM, Wizz Atmosphere et Lufthansa aient pris les meilleures bouchées, Ryanair est resté vide. COHOR, la connexion française chargée de la synchronisation des horaires de vol, a dévoilé une liste de compagnies aériennes qui bénéficieront des créneaux horaires du défunt Aigle Azur au terminal de l’aéroport de Paris-Orly (ORY). Ambiance classe France-KLM, Wizz Air et Lufthansa sont probablement les bénéficiaires de la redistribution. Une piscine de 12 335 jeux de machines à sous a dû être redistribuée juste après la faillite d’Aigle Azur en septembre 2019. Néanmoins, comme COHOR l’a expliqué dans un déclic, le statut français a préempté le maximum de 20% de la piscine pour les prestataires susceptibles de Responsabilités du service communautaire. Ces 2 467 machines à sous seront ainsi attribuées par la Direction commune de l’aviation civile (DGAC), au départ de 9 868 jeux de machines à sous (environ 13 itinéraires quotidiens) pour redistribution avec le coordinateur. Avec 2 920 jeux de machines à sous, soit environ 30% de votre espace piscine, Air flow France-KLM Group via ses filiales Hop! et Transavia est certainement le principal bienfaiteur de la redistribution. Le public conserve actuellement plus de la moitié des machines à sous à Orly. Même si la syndication annuelle a été développée à partir de l’éclairage des demandes pour la saison estivale 2020, les opérateurs chanceux qui ont peut-être reçu de nouveaux jeux de machines à sous sur une période annuelle pourront commencer l’aide au cours des mois d’hiver actuels 2019-2020 (W19). Dans l’ensemble, COHOR avait obtenu des demandes de 232 688 machines à sous des compagnies aériennes, ce qui est presque la capacité annuelle d’Orly. L’une d’elles, ASL Airlines France, Tassili Airlines et Volotea prévoyait d’ouvrir de nombreuses routes en direction de l’Algérie, dans des zones métropolitaines comme Alger, Oran ou Constantine. L’Algérie était la principale activité de la dernière Aigle Azur. Ryanair et IAG (Vueling) sont également restés vides. Le Tribunal de Commerce d’Evry a décliné toute offre publique d’achat sur Aigle Azur. L’action du deuxième plus grand vol français s’arrête à partir du 27 septembre 2019. Juste après deux séries d’estimations insatisfaisantes, la Cour a connu jusqu’au 16 septembre pour que de nouvelles propositions soient présentées. Mais «aucune option durable ne continue à être recommandée aux acheteurs», explique maintenant le directeur général de la salle d’audience. L’action dans le transporteur aérien devrait officiellement quitter la nuit le 27 septembre 2019. Oxygen France et le La classe Dubreuil, la société mère des compagnies aériennes French Bee et Air Caraibes, a fait preuve d’une fascination démontrée dans la première sphère, mais à un moment donné, elle a retiré son client potentiel de la publication d’une offre commune. Dans de graves difficultés économiques, Aigle Azur a été déclarée en faillite et a arrêté les procédures chirurgicales le 7 septembre 2019. Le transporteur aérien, spécialisé dans les vols aériens impliquant la France et le Maghreb, employait environ 1150 hommes et femmes et contrôlait 11 appareils Airbus (neuf A320 et deux A330 loués).

Air France face au Windshear

En raison d’une absence d’interaction avec la poignée de circulation du flux d’air à Bogota, en Colombie, un Airbus A340 dirigé par Air flow France a été piégé dans le cisaillement du vent alors qu’il décollait. Néanmoins, le Bureau français d’enquête et d’évaluation pour la sécurité de base de l’aviation civile (BEA) a découvert que les mesures de protection prises par la société après un événement connexe des semaines avant auraient pu être stockées le matin. Le 18 août 2017, l’Airbus A340-300, abonné F-GLZO, effectuait le vol AF-681 de Bogota, Colombie (BOG) à Paris (CDG), France avec 219 voyageurs et 10 participants à bord. Même s’il se trouvait sur la place de maintien de la piste 13R complètement prêt au décollage, l’anémomètre mesurait le flux de vent de 211 ° à 1 nœud. Parce que l’équipe de vol de la compagnie aérienne a commencé les travaux d’acquisition, le vent de face supérieur à 11 nœuds, et une fois que l’avion a atteint la vitesse de rotation, il s’est rapidement converti en un vent arrière de 12 nœuds et un courant descendant de 4 nœuds, réduisant la vitesse de 6 nœuds. « À ce moment, six secondes à peine après que l’avion est resté au sol, l’ordinateur personnel des conseils et de la gestion des vols de la compagnie aérienne a détecté un cisaillement du vent créant un réactif » WINDSHEAR « de couleur rougeâtre, ce qui s’expose pendant quelques secondes sur l’affichage de vol principal ( PFD) ainsi que l’avertissement mp3 «WINDSHEAR» répété 3 fois », indique le BEA à partir du disque final. L’équipe de voyage n’a pas réussi à modifier la conception de l’avion et la direction de frappe a continué d’augmenter jusqu’à ce que la méthode «Alpha Protection» soit déclenchée, pendant quatre secondes. Le rythme du vent arrière a commencé à diminuer et la vitesse aérodynamique calibrée et la quantité de montée se sont améliorées. L’avion a finalement transféré le seuil de piste avec une limite d’altitude adéquate. À partir de ce niveau, le vol se poursuivait généralement et atteignait l’endroit en toute sécurité. En utilisant la poussée de l’avion actuellement établie pour emporter tout autour, le personnel du voyage n’a eu que peu d’options pour répondre. En conséquence, le BEA souligne que la meilleure gestion de la menace de cisaillement du vent est la prévention. Mais pour ce faire, le terminal de l’aéroport de Bogotá El Dorado devrait être conçu avec les méthodes appropriées qui pourraient informer les frais de circulation du site Web sur l’atmosphère du cisaillement du vent. Ce n’est pas le cas actuellement. Le BEA préconise un examen des dangers au sein de l’Autorité de l’aviation civile de Colombie et, si nécessaire, l’installation des produits appropriés. De plus, il préconise un changement de méthode qui obligerait les contrôleurs de la circulation de l’oxygène à fournir aux équipages de conduite au départ les informations de flux de vent provenant des deux arrêts de votre piste. Causé par l’incident, Air France a connu donné un NOTAM pour le personnel d’exiger que les détails des contrôleurs. Finalement, le BEA manque d’informations et de faits à la disposition de l’équipage français simplement parce que d’autres discussions tenues par ATC ont été faites en espagnol. «Le contrôleur a autorisé de nombreux équipages à décoller rapidement avant le vol de la compagnie aérienne Air flow France et leur a donné à chaque fois les dernières informations sur le vent soufflant. Cette information, transmise en espagnol, aurait pu intéresser l’équipe de l’événement significatif », indique le rapport. Le 11 mars 2017, 5 semaines juste avant l’événement, un autre A340 d’Air flow France a signé avec le F-GLZU pour un décollage anormalement long à l’aéroport de Bogota. En conséquence, le fournisseur français a connu une augmentation des marges de sécurité considérables pour les routes effectuées dans l’A340-300, réduisant ainsi la prise en compte de la masse corporelle de l’avion. Sur la base du BEA, la différence de surcharge peut avoir été définitive à l’intérieur de la capacité de l’avion à surmonter le cisaillement du vent et peut également avoir empêché un accident.

Tempest: un avion de chasse supérieur au F-35 américain?

Le chasseur à réaction furtif Tempest a été présenté avec un nouveau document sur la méthode de l’oxygène au combat qui marque la réorientation du Royaume-Uni en vue de se préparer à des conflits de plus haute intensité ainsi qu’à la menace que représentent les armes anti-aériennes contemporaines. Le Tempest offrirait une sélection de systèmes de sixième génération pour le lavage du linge, par exemple une armement à armement hypersonique ou à énergie dirigée facultatif, ainsi que la possibilité de déployer et de gérer des essaims de drones. Cependant, cela pourrait également signifier une stratégie du Brexit pour régénérer la cohésion de la protection avec l’Allemagne et la France. Style devrait être terminé au début des années 2020, avec un prototype pilotable organisé en 2025 et un avion de création entrant en service en 2035, échangeant progressivement les chasseurs Typhoon de la RAF de quatrième génération et complétant les jets furtifs F-35. Ce modèle de croissance de dix-sept à douze mois est connu pour être ambitieux et aussi cher qu’un combattant furtif. Le surplus d’énergie électrique pourrait susciter une grande curiosité pour l’alimentation d’armes puissantes, allant des lasers aux micro-ondes. Aux États-Unis, Air Flow Power envisage d’analyser une tourelle de défense laser antimissile défensive en raison de ses jets au début des années 2020. Néanmoins, la présentation de Tempest mentionne l’utilisation d’armes à énergie électrique immédiate à des fins non cinétiques, ce qui peut impliquer de perturber ou d’endommager les appareils adverses. La Tempest a été dévoilée aux côtés d’un nouveau document intitulé «Combat Air Flow Strategy» (Stratégie de flux d’air au combat), qui marque la réorientation du Royaume-Uni en vue de se préparer à des affrontements de plus grande intensité, ainsi que le risque posé par les armes anti-aériennes modernes. Même dans ce cas, le record ciblé sur les objectifs commerciaux et économiques est important, en particulier sur le respect de l’environnement dans le domaine aérospatial des forces armées du Royaume-Uni, indépendamment des budgets de sauvegarde limités et de l’amélioration progressive des coûts des systèmes à fonctionnalité substantielle, à l’instar de la frégate de type 26. Le 16 juillet, le secrétaire américain à la Défense, Gavin Williamson, a présenté un modèle complet du Tempest, la stratégie du Royaume-Uni pour tout chasseur-chasseur furtif à double générateur construit dans le pays, afin de gagner du terrain dans les années 2030. . Apparemment, The Tempest comportera une liste exhaustive de technologies de sixième génération, comprenant notamment la présence d’équipages facultatifs, l’installation d’armes hypersoniques ou d’armes à tir précis, ainsi que la capacité de déployer et de gérer des essaims de drones. Cependant, vol en Mirage il peut en outre symboliser une stratégie temps-Brexit pour relancer la coopération en matière de protection avec l’Allemagne et la France. Le Royaume-Uni a doté la «Team Tempest» de £ 2 milliards (2,6 milliards) pour la première amélioration d’ici 2020. BAE System, fournisseur de services de sauvegarde clé, est en tête des avancées en matière de pression atmosphérique, grâce à Moves Royce, moteurs, l’organisation européenne MBDA ajoutant des armes, et l’organisation italienne Leonardo créant des capteurs et une avionique. Style devrait être finalisé au début des années 2020, en utilisant un prototype pilotable organisé en 2025 et une génération d’avions entrant en assistance en 2035, échangeant régulièrement les chasseurs Typhoon de la 4ème génération de la RAF et complétant les jets furtifs F-35. Cette période de développement de 17 saisons est considérée comme engagée pour quelque chose d’aussi difficile et cher qu’un combattant furtif.

Pour plus de détails sur vol en Fouga Magister visitez notre site Web.